Retour sur les audits croisés

audits croisés : un axe fort dans la démarche qualité

Avec pour objectif d’améliorer les pratiques et les organisations, les audits croisés sont les vecteurs d’une dynamique d’échanges inter-réseaux. Ces audits reposent sur une démarche bienveillante de rencontre entre acteurs des réseaux de santé.

Qu’est-ce qu’un audit croisé ?
La démarche d’audit croisé consiste, pour des professionnels d’un réseau donné, à mener un audit d’un autre réseau après avoir suivi une formation. Par la suite, les professionnels du réseau audité pourront à leur tour réaliser l’audit d’un réseau. La démarche repose donc sur les regards croisés des réseaux entre eux.

Début 2015 et suite à la présentation de la Haute Autorité de Santé de la grille d’auto-évaluation des réseaux de santé, Résomip a initié le travail sur les audits croisés. Rapidement, des professionnels des réseaux ont suivi une formation théorique à la conduite d’audit interne. La fédération a élaboré des outils pour accompagner les audits : trois guides d’évaluation adaptés (réseaux territoriaux « soins palliatifs, douleur et maladies chroniques », réseaux territoriaux « adolescents en difficultés », et « réseaux régionaux ») et trois kits auditeurs.

Fin 2015 Résod’OC crée le groupe de travail « démarche qualité et évaluation », duquel émerge une définition commune de ce qu’est la démarche qualité en santé. En 2016, deux réunions sont consacrées aux indicateurs de la HAS : la première sur les douze indicateurs quantitatifs parus en mai 2015 et la seconde sur les vingt et une dimensions qualitatives publiées en janvier 2015.

En novembre 2016, Résod’OC rejoint la démarche Résomip et des salariés des réseaux des deux ex-régions suivent la deuxième session de formation. Si les réseaux adhérents Résomip ont tous été audités, voir deux fois pour certains, le travail reste à développer sur le territoire Est Occitanie.

Dans les perspectives de travail sur les audits croisés, la dynamique transversale qui s’est mise en place entre Résod’OC et Résomip va se poursuivre, afin d’accompagner les réseaux qui ne sont pas encore inscrits dans la démarche, construire une réflexion commune pour faire évoluer le cadre administratif, intégrer de nouvelles dimensions HAS et alimenter les indicateurs définis par la HAS, organiser une troisième session de formation d’auditeurs…

Contribution : Vanessa Keusch – chargée de communication

témoignages sur les audits croisés

Laurent Raffier, responsable suivi et évaluation pour le réseau Naître et Grandir
Expérience : auditeur

Quel est l’intérêt de cette démarche pour les réseaux de santé ? « La réalisation d’audits internes permet d’identifier et de formaliser des repères en matière de bonnes pratiques, selon les dimensions définies par la HAS. Cette démarche permet de prendre du recul sur ses propres pratiques pour le réseau audité mais aussi pour l’auditeur qui garde toujours à l’esprit comment ça se passe dans son réseau. L’audit peut également permettre de valider par un regard extérieur des problématiques déjà identifiées en interne, et ainsi déclencher un plan d’action »

Selon vous comment faut-il faire évoluer le travail sur les audits croisés ? « Il faut continuer à travailler de façon transversale avec Résomip, et plus impliquer les réseaux Est Occitanie dans cette démarche, par exemple en analysant plus finement les besoins du terrain et en créant de nouveaux référentiels de bonnes pratiques sans se cantonner aux dimensions définies par l’HAS ».

Hélène Forthin, chargée de développement pour le réseau Air+R
Expérience : auditrice et auditée

Quels sont les bénéfices de l’audit pour votre réseau ? « Pour l’audit blanc, nous avons choisi les dimensions 6 et 19 qui traitent de la mise en œuvre des programmes d’éducation thérapeutiques et des ressources humaines.
Globalement, l’audit nous a permis de prendre du recul et de nous questionner par rapport à notre organisation interne et notre fonctionnement. Par exemple en vue de l’audit, nous avons entamé un premier travail ; celui de clarifier notre organigramme afin de faciliter la compréhension de notre organisation auprès de nos différents interlocuteurs. Pendant l’audit, des remarques constructives ont mis le doigt sur des problématiques que nous avions déjà identifiées. Cela nous a permis d’initier un travail en équipe pour réfléchir à de nouveaux moyens et outils pour faire évoluer notre fonctionnement.
Suite à l’audit, nous avons travaillé toutes les fiches de poste et clarifié les missions de chacune en créant des pôles de référence. Un avantage, et pas des moindres, est que ce travail nous a vraiment aidées dans la rédaction du plan d’action de notre futur CPOM ».

 

 

dddddd

dddddd

Justine Mayrand, assistante de direction au réseau Palliance 12
Expérience : auditrice et auditée

Dans le cadre de votre activité professionnelle, comment en êtes-vous venue à vous intéresser à la démarche des audits croisés ? « J’ai été sensibilisée et initiée à la démarche qualité par l’ancienne directrice du réseau. C’est donc naturellement que je me suis inscrite dans cette dynamique de travail sur les audits croisés. Même si cette démarche est relativement chronophage, elle est vraiment enrichissante : elle permet de découvrir le fonctionnement des autres réseaux et de s’en inspirer pour prendre du recul sur son propre fonctionnement. »

 Pouvez-vous dire que cette démarche a permis d’améliorer certaines pratiques professionnelles au sein du réseau ? « Le réseau Palliance 12 a déjà été audité deux fois. Le regard externe des auditeurs a permis de relever des pistes d’amélioration que nous avons suivi en mettant en place des procédures, des mode opératoires. Aujourd’hui nous avons une réflexion différente, et nous cherchons à mettre en œuvre des plans d’action pour que chaque prise en charge ne soit pas confrontée aux problématiques déjà rencontrées. »

Fatima Boughaf, directrice du réseau de soins Palliatifs SPHERES
Expérience : auditeur

Pourquoi vous êtes-vous inscrite dans cette démarche ? « Dès la création du collectif Résod’OC, j’ai été très impliquée dans la démarche qualité, c’est une action qui me semble importante à développer. Lors d’une réunion de CORDAR*, le travail effectué par Résomip sur les audits croisés a été présenté, et Résod’OC a décidé de se joindre à la démarche afin de démarrer ce projet sur les réseaux du territoire est Occitanie. »

Quel est selon vous l’intérêt des audits croisés pour les réseaux ? « Apporter un regard professionnel et bienveillant sur les réseaux, par des pairs. Ce qui est intéressant aussi c’est le fait qu’il n’est pas question d’évaluation de personnes, mais de fonctionnement et d’organisation. Cela permet un regard beaucoup plus apaisé et sécurisant de la structure auditée. »

Comptez-vous inscrire SPHERES pour un audit blanc ? « Oui j’ai la volonté d’inclure le réseau dans cette démarche, mais c’est un peu tôt car nous sommes en train de rédiger notre projet associatif. D’autre part il est nécessaire de prendre le temps de fédérer l’équipe et la gouvernance dans le projet, car c’est important que chacun se sente impliqué et trouve du sens dans la démarche. »

* COordination Régionale D’Appui aux Réseaux (composé des membres des bureaux Résomip et Résod’OC, dont l’objet est d’envisager et mettre en œuvre des actions communes)

> toutes les actualités et formations